Connu et apprécié à la cour du Roi Louis XI, ce vin gris « Noble Joué » produit entre Cher et Indre faillit bien disparaître complètement au 20ème siècle du paysage de la Touraine, conséquences du ravage du phylloxera puis de l’urbanisation galopante mais nécessaire, pourtant en 1939 une demande de classement en AOC fut demandée par les vignerons mais la guerre en décida autrement.

Dans son excellent ouvrage : Vençay alias Saint Avertin « Terre de grand vignoble », Michel Ramette historien de St Avertin, rappelle le passé viticole de cette commune aux portes de Tours, il souligne que c’est au XVIII ème siècle que ce vignoble connaîtra son apogée, Saint Avertin devint la deuxième commune réputée pour ses vins avec ceux du canton de Vouvray.

En 1809, le Préfet du département qui avait reçu mission de son Excellence le Ministre de l’intérieur de faire une évaluation sur l’état des vignes en Indre et Loire indiqua dans sa réponse datée du 16 Mai qu’ il mettait en tête ceux de Joué-lès-Tours et de Saint Avertin, il signalait également que dans le vignoble de Joué-lès-Tours, le plant dit : d’Orléans produisait « un vin noble » cette réputation de ce « Noble Joué »durait depuis déjà……..70 ans au moins.
En 1878 lors de l’exposition universelle, un St Avertinois remporta une médaille d’or pour sa production de vin rouge. C’est en 1884 que le vignoble de St Avertin constitué des cépages de Côt, de Gamay, de Folle-Blanche, de Richelais, de Meunier et du fameux « Noble Joué »fut presque complètement anéanti par le phylloxéra.

En 1936, ils n’étaient plus que seize viticulteurs, mais bientôt l’urbanisation prit progressivement la place des vignes, il ne reste aujourd’hui qu’un seul d’entre eux sur la commune : Bernard Blondeau.

Autre spécialiste, Michel Carillo, ancien instituteur de Joué-lès-Tours rappelle dans sa monographie consacrée au « Noble Joué » que les cépages auraient été apportés de Bourgogne vers le règne de Charles VI ou de Louis XI mais n’auraient été cultivés à grande échelle qu’à partir de 1860.
La culture de ces cépages se développa rapidement sous l’impulsion du Dr Guyot, Viticulteur, cette culture s’est peu à peu localisée sur la Commune de Joué-lès-Tours, ainsi est né le « Noble Joué ».
Il qualifiait ce vin d’excellent, d’une finesse absolue, parfumé et d’une couleur carminée modérée

Aujourd’hui, c’est grâce à une demi-douzaine de Vignerons irréductibles, fermement attachés à cette appellation que se perpétue pour notre plaisir le « Noble Joué »

Réparti sur les communes de Joué-lès-Tours, Saint Avertin, Chambray, Esvres et Larçay le vignoble déclaré en AOC depuis 2001 s’étend sur environ 25 Ha sur des sols argilo-calcaire, la production annuelle est d’environ : 1250Hl

Le « Noble Joué » à la robe rose très pale qualifiée « Œil de Perdrix » « carminée »
Note de groseille, fruit des bois et parfois de bonbon aux fruits ou de fleurs des champs pour son nez.
Souple en bouche privilégiant une finale fraîche

Ce vin est issu d’un assemblage subtil des trois Pinots dits « Noble »
« Pinot Meunier » qui lui apporte son fruité et sa finesse.50%minimum
« Pinot gris ou Malvoisie » pour son corps et sa puissance.de 30 à 40%
« Pinot noir » qui exprime la rondeur et la longueur.de 10 à 20%

Le « Noble Joué » sera servi bien frais mais non glacé pour accompagner spécialement: les charcuteries fines, rillons et rillettes, les salades composées, les crustacés, les fritures de petits poissons, saumon, brochet ou sandre de Loire, les grillades et les viandes blanches.

Confrérie du Noble Joué - © 2013 www.annuaire.confreries.org